Sabre du général Bonaparte à la bataille des Pyramides

Après ses premiers succès en Italie, le général Bonaparte est envoyé en Égypte par le Directoire pour combattre la domination des Mamelouks sur le pays et bloquer les routes commerciales anglaises vers les Indes orientales. Officieusement, il s’agit aussi d’éloigner un jeune général un peu trop ambitieux. Ce dernier débarque à Alexandrie en juillet 1798, s’empare de la ville et marche vers le Caire en passant par le désert. Le 21 juillet, la célèbre bataille des Pyramides a lieu.

Ce sabre, dit "des Pyramides", pourrait avoir été pris comme trophée à un mamelouk au début de la campagne d'Égypte et adopté par le général Bonaparte, comme le firent de nombreux autres officiers dans l'armée.
De fabrication turque, il présente la traditionnelle forme recourbée à l'orientale. Sa lame, sobre et sans ornements, est munie d'une poignée d'ivoire en crosse avec prise pour les doigts. L'arme est présentée dans son fourreau de bois recouvert de velours vert dont la couture est masquée par un galon de soie multicolore. Les éléments en cuivre sont gravés d'ornements végétaux ou de coquilles, sans aucune représentation animale ou humaine, comme le veut la coutume musulmane.
C'est ce type de sabre qui suit Napoléon dans son aventure égyptienne - comme l'illustre cette lithographie le montrant à Jaffa (objet complémentaire) - et que les artistes reproduisent dans les nombreuses œuvres qui contribuèrent à forger la légende de l'expédition d'Égypte, déjà bien orchestrée par Bonaparte lui-même.

Cartel

Datation : Fin du XVIIIe siècle

Auteur : Inconnu

Matériaux : Ivoire, bois, cuivre, acier, velours de soie

Techniques : Doré

Lieu de création : Turquie

Hauteur :

Largeur :
0,81 m

Poids :

N° inventaire : 3574 DEP

Historique : Dépôt de l’Etat au musée de l’Armée en 1975.

Objets complémentaires

La reddition de Jaffa d’après Raffet (1804-1860)