Salade

Parmi les multiples types de défenses de tête recensés au XVe siècle, la salade représente un modèle commun à l’ensemble de l’Europe à partir des années 1430. Composée d’un timbre arrondi forgé en une seule pièce auquel se fixe une petite visière mobile (objet complémentaire 1), la salade est complétée, pour les cavaliers, par une bavière (objet complémentaire 2), qui assure la protection du bas du visage et de la gorge. Mais elle se caractérise surtout par l’importance de son couvre-nuque, qui se développe en pointe à l’arrière du crâne.

La salade présentée ici, d'une remarquable pureté de ligne qui lui confère une silhouette presque futuriste, a pu autant être portée par un piéton que par un homme d'armes. Sans aucun ornement, sinon l'éclat de son métal poli "à blanc", elle est simplement ponctuée, sur l'arrière, de gros rivets saillants qui maintenaient la garniture intérieure. Une légère crête surmonte l'ensemble, tandis qu'un fort ressaut souligne et renforce les bords du couvre-nuque. La visière mobile remontant haut sur le timbre tient lieu de frontal, elle n'est percée que d'une très étroite fente horizontale offrant un champ de vision réduit en hauteur, mais plus généreux en largeur. La bavière, censée accompagner la défense de tête pour une utilisation à cheval, est manquante. Au XVIe siècle, la salade sera détrônée par l'armet, dont la construction intègre, avec une plus grande sécurité, la protection du menton et de la gorge (objet complémentaire 3).

Cartel

Datation : Vers 1470

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer

Techniques : Fer forgé et poli

Lieu de création : Allemagne

Hauteur :
0,21 m

Largeur :
0,18 m

Poids : 2,15 kg

N° inventaire : G PO 661

Historique : Faisait partie de l’ancienne collection de Georges Pauilhac, acquise par le musée de l’Armée en 1964.

Objets complémentaires

Visière mobile

Salade et bavière

Armet