Shako tailladé du chef d’escadron (commandant) Marbot

Jean-Baptiste Antoine Marcelin de Marbot (1782-1854) est une des figures emblématiques des officiers de cavalerie légère du Premier Empire. Tête brûlée, batailleur, baroudeur, fonceur, il est blessé quinze fois au cours de 17 campagnes. D’Austerlitz à Waterloo, il est présent sur tous les champs de batailles de l’Empire : en Allemagne, en Autriche, en passant par la péninsule ibérique et par la Russie. Il est également l’auteur de célèbres mémoires d’une grande qualité littéraire.

Ce shako d'officier supérieur de chasseur à cheval a été porté par Marbot alors qu'il était chef d'escadron en Espagne en 1810-1811. La coiffure, dont le fût et la cocarde sont tailladés de deux coups de sabre, rappelle que ce dernier constituait l'arme principale de la cavalerie légère. Tout bon hussard ou chasseur se devait d'être un excellent sabreur. On peut remarquer que ce type de coiffure, pourtant de construction légère, en cuir et en feutre, a fort bien joué son rôle protecteur à l'égard de son propriétaire : les états de service de Marbot ne font mention d'aucune blessure reçue en Espagne. Pour l'anecdote, au début de l'Empire, les cavaliers légers portaient encore les cheveux longs, ramenés en queue de cheval et tressés sur les tempes en " cadenettes " ; cette coiffure leur offrait une protection supplémentaire lors des combats au sabre, arme de taille qui les menaçait de multiples blessures.

Cartel

Datation : Premier Empire avant 1811

Auteur : Inconnu

Matériaux : Cuir, feutre, métal

Techniques : Broderie d’éléments en fil métallique, cuir vernis

Lieu de création :

Hauteur :
0, 212 m

Largeur :
0, 258 m

Poids :

N° inventaire : 25176

Historique : Achat du Musée 1983

Objets complémentaires

Shako, pelisse, gilet et dolman du colonel Marbot du 7e régiment de hussards