Talwar indo-musulman

Les civilisations du Proche et du Moyen Orient ont privilégié, à partir du XVIe siècle, des armes à lames courbes, comme le Kilidj turc ou le Shamshir persan. En Inde, le Talwar s’est particulièrement imposé sous la dynastie moghole (objet complémentaire), qui règne sur le continent entre 1526 et 1857. Cette arme est particulièrement reconnaissable à ses quillons courts et symétriques et à son pommeau en forme de large disque, d’où émerge un appendice plus ou moins long et pointu. Cette arme était utilisée aussi bien par les fantassins que par les cavaliers. La lame du Talwar, élargie et alourdie vers la pointe, aurait inspiré celle du sabre de la cavalerie légère britannique, réglementé en 1796.

Bien souvent produites en Inde à partir d’un acier relativement cassant dû à sa forte teneur en carbone, les lames étaient ensuite expédiées au Proche et au Moyen Orient par voies terrestre (route de la soie et des épices) ou maritime. Damas, la capitale de la Syrie actuelle, a naturellement donné son nom à cet acier très spécifique car la ville constituait le principal marché pour ces lames dans le monde musulman. Le modèle présenté ici, à un seul tranchant et légèrement courbe, est enrichi d’incrustations en or dont une représentation d’un lion dans un médaillon.

La poignée en fer ciselé et doré est entièrement recouverte de roses et de rinceaux (visuel 2). D’une construction simple avec ses courts quillons horizontaux, elle se caractérise par une fusée renflée en forme de balustre et surtout par un extraordinaire pommeau discoïdal que vient transpercer en son centre l’extrémité de la soie de la lame (visuel 3).

Cartel

Datation : Fin du XVIIIe siècle

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer et or

Techniques : Damas, dorure, ciselé et incrustation

Lieu de création : Inde

Hauteur :
0,90 m

Largeur :

Poids :

N° inventaire : J 1178

Historique : Inconnu

Objets complémentaires

Poignard moghol