Taxi de la Marne

Le 5 septembre 1914, cet auto-taxi Renault, immatriculé 2862-G7, participe au transport des soldats français vers l'Ourcq. Il devient ainsi l’un des "taxis de la Marne", du nom de la bataille, livrée au début du mois de septembre 1914, qui permet aux Français et aux Anglais de tenir en échec l’armée allemande et ainsi de ruiner le plan Schlieffen et les espoirs de victoire rapide de l’Allemagne. La dernière rénovation de ce taxi, en 2005, a remis à jour ses couleurs d'origine et lui a rendu son aspect initial.

Au début de septembre 1914, l'aile gauche de l'armée française marque un mouvement de repli face à l'avancée allemande, sur l'aile droite : Paris est menacé. Le 6 septembre, le général Joffre lance une contre-attaque générale : "la bataille de la Marne".
Afin de renforcer les troupes de l'aile gauche française (la VIe armée commandée par le général Maunoury), le général Gallieni, alors gouverneur militaire de Paris, a l'idée d'utiliser les taxis parisiens. Les gardes républicains et les agents de police réquisitionnent les taxis dans les rues. A 22 heures, 630 véhicules sont rassemblés sur l'esplanade des Invalides puis traversent Paris pour aller chercher les soldats des 103e et 104e régiments d'infanterie. Les hommes montent par quatre ou cinq et sont conduits près de la zone des combats, à Nanteuil-le-Haudouin et à Silly-le-Long.
Ces effectifs restent modestes à l'échelle de la bataille en cours et l'essentiel des troupes rejoint le front par le chemin de fer. Mais les "taxis de la Marne" symbolisent la détermination française à stopper l'avancée allemande.

Cartel

Datation : 1905

Auteur : Renault

Matériaux : Métal, cuir, caoutchouc, bois, verre, tissu

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :
2,20

Largeur :
1,60

Poids : 1100 kg

N° inventaire : 1635 C1

Historique : Don de Monsieur P. Van de Velde (1922)

Objets complémentaires

Le général de division Joseph Gallieni (1849-1916).

Joseph-Césaire Joffre, général de division (1852-1931)