Tirailleurs sénégalais de la 9e division d’infanterie coloniale (1944)

Le 15 août 1944, les forces américaines du général Truscott débarquent sur les plages de Provence suivies le lendemain par l’armée B du général de Lattre de Tassigny. Rapidement, les unités françaises, aidées des Forces françaises de l'intérieur, libèrent Toulon (27 août) et Marseille (28 août). Poursuivant la 19e armée allemande qui bat en retraite, les Alliés remontent le long de la vallée du Rhône et font la jonction avec la 2e DB, débarquée en Normandie, le 12 septembre 1944 en Côte d’Or.

Après la conquête de l'île d'Elbe (opération Brassard, juin 1944), la 9e division d'infanterie coloniale du général Magnan, composée notamment des 4e, 6e et 13e régiments de tirailleurs sénégalais, débarque en Provence et combat pour la libération de Toulon. Formée en Algérie en juillet 1943, la division a été entièrement équipée par les Américains. Coiffé du casque M1 avec l'ancre des troupes coloniales peinte au pochoir, ce tirailleur sénégalais porte la tenue de treillis HBT (Herringbone Twill ou croisé de coton tissé selon une trame en forme d'arêtes de hareng) avec la veste rentrée dans le pantalon comme une chemise. Comme chef de section, il porte autour du cou le SCR-536 ou Handie-Talkie, utilisé pour les liaisons à courte portée (maximum 2 kilomètres). Il est équipé du ceinturon-cartouchière M-1923 et du fusil US-17 (calibre : 7,62 mm ; masse : 4,100 kg ; longueur : 1,172 m), version américaine du fusil Pattern 14 britannique.

Cartel

Datation : 1944

Auteur : Inconnu

Matériaux : Coton, cuir, caoutchouc, acier, bois

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : Ga 529

Historique :