Trompette à boule

Instrument d'ordonnance au même titre que le tambour, l'usage de la trompette pour la transmission d'ordres et la communication avec l'ennemi remonte au milieu du XVe siècle. Au XVIIIe siècle, l'instrument joue essentiellement un rôle dans les parades ou les évènements officiels. A cette époque, se met par ailleurs en place une règlementation de la musique militaire, en cohérence avec la logique de la normalisation générale de l'armée qui intervient au cours de cette période.

Ce n'est, en effet, qu'en 1766 qu'une ordonnance "pour régler l'exercice de la cavalerie" fixe les sonneries réglementaires en usage. Connue depuis l'Antiquité et jouissant d'une certaine aura, due à son caractère tant martial que sacré, la trompette est devenue l'instrument par excellence de la cavalerie. Cette trompette dite à boule, composée d'un long tuyau cylindrique replié et terminé par un pavillon, doit son nom au renflement sphérique situé sur le tronçon entre le pavillon et le premier coude. Ce dernier permettait simplement une meilleure préhension de l'instrument, toujours tenu de la main droite. Le pavillon est par ailleurs décoré de cinq têtes d'angelots ailés qui ne sont pas sans rappeler la Bible et ses anges sonnant de la trompette. Particulièrement travaillée, cette trompette, fabriquée en 1763 et utilisée par Peter Mäyer, est l'œuvre du facteur Hieronymus Christian Beyer.

Cartel

Datation : 1763

Auteur : Beyer, Hieronymus Christian

Matériaux : Laiton

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 2632 B

Historique :