Trompette de gala dite "À l’ange gardien"

L’escadron des Cent-Gardes à cheval est un corps de cavalerie d’élite du Second Empire, exclusivement attaché à la Maison militaire de l’empereur Napoléon III. Crée par décret impérial en 1854, il est dissout en octobre 1870, après la défaite de Sedan. Il escorte à cheval l’Empereur dans ses apparitions publiques et assure la protection intérieure des palais (Tuileries et Saint-Cloud). Son recrutement s’effectue parmi les cavaliers les plus expérimentés et de grande taille. Leur haute stature et leur prestance leur confèrent un grand prestige. Ce prestigieux escadron est doté de 4 trompettes.

Cette trompette de l’escadron des Cent-Gardes a été fabriquée par le facteur d’origine belge, installé à Paris, Adolphe Sax, qui bénéficie du soutien personnel de l’Empereur. Elle appartient à la catégorie bien répertoriée des trompettes de gala, également désignées comme trompettes « À l’ange » ou trompettes de parade. Ces trompettes de gala en argent ont pour particularité d’avoir un tube resserré sur tout son parcours, replié deux fois sur lui-même et formant une boucle renforcée par une bague à chaque extrémité. Cette trompette porte la signature : « Adolphe Sax, breveté à Paris/ Facteur de la Maison militaire de l’Empereur » et peut être datée d’après 1854. En effet, c’est seulement à partir de 1854, qu’Adolphe Sax peut se prévaloir de ce titre très envié. La mention postérieure « Seul Grand Prix 1867 » fait référence aux distinctions dont Sax a été l’objet. En 1862, à Londres, il remporte une grande médaille et, en 1867 à Paris, le seul Grand Prix décerné à la facture instrumentale.

Cartel

Datation : Après 1854

Auteur : Adolphe Sax

Matériaux : Argent

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 04495/449

Historique :

Objets complémentaires

Flamme de trompette de gala de régiment de chasseurs à cheval de la Garde, utilisée le jour du sacre de l'empereur Napoléon Ier