Trompette d’honneur

Cet instrument s’inscrit dans la catégorie des instruments d’ordonnance, destinés à la transmission des ordres de commandement ou de la vie de quartier. On y relève : • Les instruments à vent à son naturel, sans clé ni piston, ne jouant qu’un nombre limité de notes : clairon, trompette de cavalerie, cor naturel • Les tambours, caisses claires et timbales • Les fifres, remplacés par des clairons, au milieu du XIXe siècle L’ensemble des tambours, fifres ou cornets ou plus tard clairons, constitue la musique d’ordonnance, appelée batterie de tambours pour les troupes à pied. L’ensemble des trompettes d’ordonnance constitue, pour les troupes montées, la fanfare.

Cette trompette naturelle de cavalerie a été réalisée par le facteur français Lucien-Joseph Raoux (1753 -1821). Il s’agit d’un instrument d’honneur offerts par Napoléon Bonaparte, Premier Consul, à des trompettes ayant fait preuve de bravoure lors de la bataille de Marengo, le 14 juin 1800. Elle a été décernée à un musicien officiant au sein des Grenadiers à cheval de la Garde des Consuls. Cette attribution se fonde sur  l’arrêté du 4 nivôse an VIII (25 décembre 1799) accordant aux militaires les plus valeureux des armes ou attributs d’honneur. Si plus de 2 100 armes et brevets d’honneur sont décernés entre 1800 et les premières distributions de la Légion d’honneur de juillet 1804, on ne dénombre à ce jour que 16 trompettes d’honneur. Ces instruments sont d’exécution très soignée et dotés d’un pavillon et de garnitures en argent, gravés de l’inscription attributive. 

Cartel

Datation : 1800

Auteur : Lucien-Joesph Raoux

Matériaux :

Techniques :

Lieu de création : Paris, France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 2012.0300 et 1081

Historique :

Objets complémentaires

Paire de baguettes d'honneur décernées au tambour Gentil du 6e de ligne

Trompette du 5e régiment de Hussards – Monarchie de Juillet d’Émile de Lansac