Trompette naturelle à boule (2 instruments)

Par une tradition fort ancienne, le tambour et le fifre ont été l’apanage de l’infanterie tandis que la trompette, généralement associée aux timbales, était réservée à la cavalerie (cf. « Traité de l’art de la guerre de Machiavel » (1521)). Au début de son règne, Louis XV ordonne, le 1er juin 1731, la création d’une école de trompette au sein de l’Hôtel royal des Invalides. Les cours y sont dispensés par deux pensionnaires des Invalides : un Maître de trompette, secondé d’un adjoint. Dès l’avènement de Louis XVI, cette école de trompette est transférée à Strasbourg.

La trompette naturelle est fabriquée dans un tuyau long et constituée par l’embouchure, le tube et le pavillon. La boule (ou bouton) fixée à moitié sur le tube donnant naissance au pavillon, entre les deux extrémités, est un pommeau servant à tenir l’instrument de la main droite, contribuant aussi à une meilleure stabilisation des harmoniques. Le diamètre du tube cylindrique de la trompette naturelle est plus large que celui des trompettes modernes chromatiques qui apparaissent plus tard. La sonorité, plus ronde, plus chaude, se rapproche de la voix humaine. Depuis le début du XVIè siècle, la facture instrumentale liée à la fabrication des trompettes se situe principalement en Allemagne, plus précisément à Nuremberg, où une importante corporation de facteurs se regroupe et se fédère un siècle plus tard, en 1625, en une guilde corporative. Parmi ces maîtres facteurs s’illustrent plusieurs familles. La plus célèbre d’entre elles est la famille Ehe : Isaac (1586-1632), Georg (1595-1668), Johann Leonhard I, II et l’auteur de ces deux trompettes : Johann Leonhard III (1700-1771). Citons aussi la famille Hass, de grande notoriété en termes de facture de trompettes. 

Cartel

Datation : Entre 1722 et 1750

Auteur : Ehe, Johann Leonhard III

Matériaux : Laiton

Techniques :

Lieu de création : Nuremberg, Allemagne

Hauteur :
0,74 m

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 4179-21 et 2012.0.72 P.557/1 P.557/2 4179-21 et 2012.0.72 P.557/1 P.557/2 4179-21 et 2012.0.72

Historique :