Trousse dite du grand maître d'hôtel du sérail

Une trousse est un étui réunissant plusieurs couteaux et instruments de dépeçage et de débitage de la viande. Ceux-ci peuvent être notamment utilisés par le veneur, personne qui dirige les chiens pendant une chasse (objet complémentaire), ou par l’officier chargé, au sein d’une maison noble, du service de la table. C’est sans doute à ce dernier contexte, plus cérémoniel qu’utilitaire, qu’appartient cet ensemble attribué, du fait de sa somptuosité, au grand maître d’hôtel du sérail de Constantinople. Les trois lames qu’il comporte ont pu servir à la découpe des viandes, poissons, gibiers et autres mets servis à la table du Grand Seigneur.

D’une exécution remarquable, la trousse renferme trois couteaux – deux grands et un plus petit – dont les lames sont en acier damas (visuel 2), une technique de forge orientale qui superpose de très fines couches d’acier et donne au métal un aspect moiré. Ces couteaux disposent également de manches en ivoire d’hippopotame (visuel 3).

Mais c’est bien le fourreau qui constitue la pièce maîtresse de la trousse. Entièrement réalisé en argent niellé, une technique d’orfèvrerie qui permet de remplir des cavités, gravées dans le métal, d’un alliage à base d’argent prenant des reflets noirs, le fourreau est agrémenté d’un bracelet et d’une bouterolle (visuel 4) décorés de pierres précieuses elles-mêmes serties dans des émaux verts et bleus. Bien que quelques-unes de ces pierres aient disparu, l’ensemble conserve un aspect raffiné laissant deviner le luxe qui entourait la vie quotidienne dans les appartements privés du Vizir.

Cartel

Datation : XVIIIe siècle

Auteur : Inconnu

Matériaux : Pierres précieuses, vermeil, argent, émail et ivoire d'hippopotame

Techniques : Damas, ciselure, nielle et émail

Lieu de création : Perse

Hauteur :
0,52 m

Largeur :
0,10 m

Poids : 1,89 kg

N° inventaire : J 1048

Historique : Ancienne collection du musée d'Artillerie

Objets complémentaires

Trousse de chasse, vers 1580-1600