Uniforme de sergent-chef féminin de l'armée Rouge

Lors de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne en 1941, la mobilisation des femmes ne pose aucun problème au régime soviétique. Le marxisme-léninisme les considère comme des citoyennes à part entière. Elles ont obtenu le droit de vote dès 1918 et peuvent suivre un cursus scolaire et universitaire. Dans les faits, leur position est moins équitable : les femmes ont des salaires inférieurs à ceux des hommes et leurs emplois restent subalternes. Leur action s’avère cependant décisive dans l’effort de guerre.

L’uniforme des pilotes féminines soviétiques se compose d’un béret portant une étoile rouge avec la faucille et le marteau, ainsi que d’une tunique et d’une jupe.

A partir de 1941, sont créés trois régiments féminins de chasseurs, de bombardiers de jour et de bombardiers de  nuit. Ce dernier est redouté des Allemands : pour approcher silencieusement de leur cible, les pilotes féminines n’hésitent pas à couper leur moteur, manœuvre particulièrement risquée. En raison du sifflement produit par leurs vieux avions, on les surnomme, de manière imagée, « les sorcières de la nuit ».

Des femmes sont également engagées dans l’infanterie comme tireurs d’élite. Elles sont capables de rester douze heures en embuscade, couchées dans la neige ou perchées dans un arbre à attendre leur cible. Elles abattent de nombreux soldats allemands, telle Lioudmila Pavlitchenko, sous-lieutenant, qui a tué à elle seule plus de 300 Allemands.

Cartel

Datation : 1942

Auteur :

Matériaux : Drap

Techniques :

Lieu de création : URSS

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : Gf 46

Historique :