Urne funéraire de Maurille de Sombreuil

Le 2 septembre 1792, dans un contexte politique intérieur incertain, et alors que les armées austro-prussiennes progressent dans leur invasion de la France, se déclenche un mouvement insurrectionnel parisien. Réagissant aux rumeurs suivant lesquelles les royalistes veulent libérer et armer les détenus, des foules armées se livrent, au nom de la défense de la Nation, à des massacres de prisonniers. Environ 1200 personnes sont tuées à Paris (et plus d’une centaine en province).

Jeanne de Virot Sombreuil, comtesse de Villelume, dite « Maurille », orthographiée aussi « Maurisse »,  est née en 1768.

Elle est la fille du gouverneur des Invalides, le marquis de Sombreuil, qui est arrêté et emprisonné sur ordre des autorités révolutionnaires, en septembre 1792. Maurille serait, cependant, parvenue à faire libérer son père en acceptant un sinistre marché fixé par le révolutionnaire Maillard : boire le sang d’un aristocrate supplicié. Mais rien n’atteste cet incroyable épisode. Le marquis retrouve pourtant la liberté, mais sa fille et lui sont à nouveau arrêtés et cette fois Sombreuil est exécuté, en juin 1794.

Maurille, dont la santé s’est considérablement dégradée, s’exile à Londres, puis en Allemagne, avec son mari  le comte Charles de Villelume. Celui-ci est par la suite nommé directeur de l’Annexe des Invalides à Avignon, où Maurille décède en mai 1823. Des soldats, qui l’avaient connue lorsqu’elle vivait à Paris, placent son cœur dans une urne, qui est transférée aux Invalides en 1851.

Cartel

Datation : Vers 1851

Auteur :

Matériaux : Pierre polie

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :
0,5 m

Largeur :
0,28 m

Poids :

N° inventaire :

Historique : Transférée d'Avignon en 1851