Vareuse de Jean Brunon, maréchal des logis au 57e régiment d'artillerie de campagne

Cette vareuse de maréchal des logis du 57e régiment d’artillerie de campagne est un objet hautement emblématique de la Collection Brunon et du souvenir des deux frères dans la Grande Guerre. Raoul et Jean Brunon, dont le train de vie était plutôt confortable, prirent toujours le soin de faire réaliser leurs uniformes par les meilleurs tailleurs. Leurs tenues de sous-officiers sont d’une qualité équivalente à celles des meilleures tenues d’officiers.

Né le 25 octobre 1895, à Marseille, Jean Brunon s'engage en 1914 dans l'infanterie coloniale puis passe au 57e régiment d'artillerie au sein duquel il servira pendant toute la guerre. Sa vareuse, à col demi-chevalière, porte le numéro de son régiment sur un écusson en fils de soie. Outre les galons de maréchal des logis, les manches portent, à droite, l'insigne rouge des télégraphistes et, à gauche, cinq chevrons, chacun représentant six mois de service au front. L'uniforme est complété par une fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918 ainsi que, sur la poitrine, la croix de guerre de Jean Brunon. Sur la manche gauche, un brassard noir frappé de deux drapeaux tricolores croisés rappelle le deuil de Raoul, tombé au Chemin des Dames.

Non mobilisé en 1939, Jean porta cependant un temps l'uniforme de chef de bataillon de la Légion étrangère, entre 1945 et 1947, lorsqu'il fut chargé par le général Koenig de retrouver les objets saisis par les Allemands au musée de l'Armée en 1940. Le battledress qu'il se fit confectionner est également visible au musée de l'Empéri. 

Cartel

Datation : Vers 1917-1918

Auteur :

Matériaux : Drap de laine bleu horizon

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 2007.0.1434

Historique :