Catalogues d'exposition

Retrouvez et prolongez votre découverte des grandes expositions temporaires organisées par le musée de l'Armée, au travers des catalogues d'expositions.

Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire

Couverture du catalogue de l'exposition "Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire"

Catalogue de l'exposition "Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 6 avril au 24 juillet 2016, organisé par le musée de l'Armée. Commissariat : Émilie Robbe (département moderne, musée de l’Armée), Michel Dancoisne-Martineau (directeur des domaines nationaux de Sainte-Hélène), Léa Charliquart (département moderne, musée de l’Armée). Coédition Gallimard / Musée de l'Armée Édition publiée sous la direction de Michel Dancoisne-Martineau, Emilie Robbe, Albums Beaux Livres, Gallimard, avril 2016, 288 pages, ill., 35€.

Le 18 juin 1815, la bataille de Waterloo sonne le glas de l’Empire. Napoléon, vaincu, est contraint à l’exil. La Grande-Bretagne fait le choix de sa dernière demeure : ce sera Sainte-Hélène, petite île aux reliefs hostiles perdue au milieu de l’océan Atlantique. Napoléon y débarque avec ses plus fidèles compagnons et s’installe à Longwood House, logis pour le moins modeste dans lequel il finira ses jours.
Cet ouvrage est le catalogue de l’exposition organisée au musée de l’Armée autour de l’opération exceptionnelle de restauration des meubles de Longwood House. Il s’articule en deux grandes parties, la première composée de quatorze essais de spécialistes relatant le quotidien de l’empereur déchu. La seconde présente les œuvres et objets exposés et nous fait découvrir pièce par pièce la maison de Longwood.

Chevaliers et bombardes. D'Azincourt à Marignan, 1415-1515

Couverture du catalogue de l'exposition "Chevaliers et bombardes. D'Azincourt à Marignan, 1415-1515"

Catalogue de l'exposition "Chevaliers et bombardes. D'Azincourt à Marignan, 1415-1515"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 7 octobre 2015 au 24 janvier 2016, organisé par le musée de l'Armée. Commissariat : Sylvie Leluc, Antoine Leduc (musée de l'Armée, département artillerie) et Olivier Renaudeau (musée de l'Armée, département ancien). Editions publiée sous la direction d'Antoine Leduc, Sylvie Leluc et Olivier Renaudeau Albums Beaux Livres, Gallimard, octobre 2015, 272 pages, ill., 35 €.
En France, au début du XVe siècle, le modèle de l'armée féodale atteint ses limites. Ainsi, à Azincourt, en 1415, les archers et arbalétriers sont laissés de côté ou mis dans l'impossibilité de jouer leur rôle de soutien de la cavalerie lourde, livrée à elle-même. Cet échec signe, durablement, la fin de la suprématie de la chevalerie. Parallèlement, l'artillerie à poudre s'améliore et se perfectionne. Elle devient une spécialité française et donne naissance à des bombardes monumentales qui, outre leur puissance sans précédent témoignent aussi de la richesse et du pouvoir de leurs propriétaires. Le milieu du XVe siècle marque un tournant décisif dans l'organisation de l'armée, dans la conduite de la guerre et dans les moyens techniques utilisés. L'action de Jeanne d'Arc, aussi brève que marquante, se traduit par un retour à une politique offensive de la France. Charles VII entreprend de grandes réformes militaires. Plus professionnelle, dotée d'une artillerie plus mobile et performante, l'armée royale permet au souverain de reconquérir les territoires occupés par les Anglais, de mettre un terme à la guerre de Cent Ans et de conquérir les grands duchés indépendants. En 1515, avec la victoire de Marignan, François Ier renoue avec la tradition du roi chevalier, guerrier et victorieux. Ouvrage en partenariat avec le musée de l'Armée, sous la direction de Sylvie Leluc, Antoine Leduc (musée de l'Armée, département artillerie) et Olivier Renaudeau (musée de l'Armée, département ancien)

Churchill - de Gaulle

Couverture du catalogue de l'exposition :" Churchill - de Gaulle "

Catalogue de l'exposition "Churchill - de Gaulle"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 10 avril au 26 juillet 2015, organisée par le musée de l'Armée et la Fondation Charles de Gaulle. Commissariat : Vincent Giraudier, Carine Lachèvre. 
Editions de la Martinière, Luçon, avril 2015, 288 pages, ill., 28 €.
L’un est Français, l’autre Anglais, ils ont 16 ans d’écart, et pourtant de nombreux points communs : traumatisme de la Première Guerre mondiale, attachement au verbe, au discours, et à la mémoire collective. Le parcours chrono-thématique de ce livre présente ce « couple » aux relations tumultueuses.
Le Musée de l'Armée, pour réaliser le catalogue de l'exposition Churchill-de Gaulle, a fait appel à un collectif d'auteurs qui réunit les plus grands spécialistes de ces deux personnages et de l'histoire contemporaine : François Kersaudy, spécialiste de Churchill, Serge Bernstein (membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle), Maurice Vaïsse (histoire des relations internationales), Allen Packwood (directeur du Churchill Archive Center au Churchill College), David Cannadine (professeur à Princeton), David Reynolds (professeur au Christ's College de Cambridge), font partie de la trentaine d'auteurs engagés par le Musée de l'Armée et l'Historial Charles de Gaulle.
Ce catalogue publie les textes inédits de 35 auteurs français et anglo-saxons, historiens ou conservateurs des institutions churchilliennes et gaulliennes, qui accompagnent et mettent en contexte près de 240 objets, documents d'archives, uniformes et peintures réunis exceptionnellement dans l'exposition Churchill - de Gaulle.

Vu du front. Représenter la Grande Guerre

Couverture du catalogue de l'exposition : " Vu du front. Représenter la Grande Guerre "

Catalogue de l'exposition "Vu du front. Représenter la Grande Guerre"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015, organisée par le musée de l'Armée et Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Commissariat : Sylvie Le Ray-Burimi, Anthony Petiteau, Vincent Giraudier, Caroline Fieschi, Aldo Battaglia, Benjamin Gilles. 
Coédition Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) / musée de l'Armée - Hôtel des Invalides, Paris / Somogy éditions d'Art, 392 pages, ill., 39 €.

Jamais avant 1914-1918 un conflit n'a été l'objet d'une mise en image aussi intense. À côté des millions de combattants mobilisés - parmi lesquels nombre de dessinateurs, peintres ou photographes - œuvrent également des services officiels et des artistes missionnés chargés de documenter et de construire un " discours visuel " sur la guerre.
Ainsi, du front occidental au Moyen-Orient en passant par l'Italie et l'est de l'Europe, vont circuler des milliers de représentations dont certaines seront largement popularisées. Le combat, la modernité de la guerre mais aussi son quotidien, abondamment montrés et exposés, témoignent de l'expérience vécue dont la mémoire s'étend bien au-delà des années 1914-1918 pour marquer tout le XXe siècle.
Un ensemble unique de plus de 450 œuvres et documents - objets, peintures, dessins et photographies - issus des collections de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), du musée de l'Armée et des plus importantes institutions françaises et européennes, donne à comprendre tous les aspects du front, vu par les contemporains du conflit.

Mousquetaires !

Couverture du catalogue de l'exposition : " Mousquetaires ! "

Catalogue de l'exposition " Mousquetaires ! "

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 2 avril au 14 juillet 2014, organisée par le musée de l'Armée. Commissariat : O. Renaudeau, D. Prévôt. Édition publiée sous la direction d'Olivier Renaudeau, Gallimard, 272 pages, ill., 35 €.

Si Louis XIII, Anne d'Autriche, le cardinal de Richelieu, le siège de La Rochelle ou l'arrestation de Fouquet sont aujourd'hui encore connus à travers le monde, c'est d'abord grâce au génie de romancier d'Alexandre Dumas qui a élevé ces personnages et ces moments de l'Histoire de France au rang de mythes planétaires. Objet de toutes sortes d'interprétations et d'adaptations, littéraires, théâtrales, ludiques ou cinématographiques, l'épopée des mousquetaires est pourtant, avant tout, historique. 

Du corps des mousquetaires du roi Louis XIII et de leurs présences dans les batailles, aux figures de d'Artagnan, d'Athos, d'Aramis, de Porthos et de Milady, en passant par l'affaire des ferrets de la reine ou celle du masque de fer, les exploits de cette unité d'élite dévouée au souverain sont à la fois resitués dans leur contexte historique, mal connu, et évoqués dans le cadre fictionnel qui les a élevés au nom de légende. Le dialogue constant entre le socle historique et les inventions plus vraies que nature du romancier, est le thème principal de cet ouvrage. À la fois joyeux et érudit, émaillé de nombreuses surprises, divers par les registres multiples qu'il explore tour à tour, de la peinture d'histoire à la littérature populaire en passant par les armes des combattants, ce livre passionnera les fous d'Alexandre Dumas et enthousiasmera les amoureux de la grande Histoire.

Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956"

Catalogue de l'exposition "Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014, organisée par le musée de l'Armée. Commissariat : C. Bertrand, E. Ranvoisy, D. Robic-Diaz. Édition publiée sous la direction de Christophe Bertrand, Caroline Herbelin et Jean-François Klein, Gallimard, Paris, octobre 2013, 320 pages, 39€.

Sujet majeur et grave, jamais traité jusqu'ici par l'image, qui touche à la question délicate du double processus de colonisation et décolonisation. Outre la présentation des quelques 300 pièces exposées (cartes, objets militaires, photographies anciennes et tableaux, costumes), le catalogue réunira les contributions des meilleurs spécialistes de l'histoire de l'Indochine, qui analyseront, à travers une trentaine d'essais les principales étapes de cette histoire d'un siècle :
- Les premiers pas de la France en Asie du Sud-Est avant 1856
- La formation de l'Indochine française de 1859 à 1907 avec la conquête et la pacification du Delta du Sud (Cochinchine et Cambodge) de 1856 à 1873 puis celles du Tonkin et de la chaîne annamitique (Annam et Laos) de 1873 à 1907
- La participation des troupes venues d'Indochine aux différents engagements de la France dans le monde
- La vie coloniale en Indochine dans l'entre-deux-guerres
- La Seconde Guerre mondiale et l'occupation japonaise (1940-1945)
- La reconquête de l'Indochine par la France
- La guerre d'Indochine (1950-1956).

Cette histoire de la présence française en Indochine sera complétée par des focus sur l'aménagement du territoire, les sociétés indochinoises, les débats idéologiques, le rôle de la Chine, l'émergence et la montée en puissance des mouvements nationalistes et communistes au Vietnam, au Cambodge, au Laos. Sans oublier tout ce que l'imaginaire français a gardé de l'Indochine, à travers la littérature et les arts.

Napoléon et l'Europe

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Napoléon et l'Europe"

Catalogue de l'exposition "Napoléon et l'Europe"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, du 27 mars au 14 juillet 2013, organisée par le musée de l'Armée en avec le Centre National d'Art et d'Expositions de la République Fédérale d'Allemagne. Avec le concours et le soutient de la Fondation Napoléon. Commissariat : E. Robbe, G. Spourdos, F. Lagrange. Coédition musée de l'Armée et Somogy, Paris, 2013, 335 pages, 39 €

En près de 15 années de pouvoir, Napoléon a profondément marqué la France. Comment, dans la même période, au fil des guerres, des conquêtes, puis de l'échec final, a-t-il changé l'Europe ? En avait-il le dessein ? Fils de la Révolution, mais fondateur d'une nouvelle dynastie, comment a-t-il administré et contrôlé territoires et populations européens, que la fortune des armes a placés toujours plus nombreux sous sa responsabilité ? Quelle influence a-t-il exercée sur les arts et les idées ? Quelle est son attitude face à la cristallisation, diverse et progressive, des sentiments nationaux en Italie, en Allemagne, en Pologne ou en Espagne ? Confrontés au dynamisme si ambivalent de Napoléon, comment ont réagi les autres pays de l'Europe ? Grandes, moyennes ou petites puissances, de quelle manière ont-elles envisagé de s'intégrer de se tenir à l'écart ou de résister à ses projets ? Chez les souverains, les élites ou les peuples, qu'a-t-on pensé de Napoléon et de son action ? Autant de questions auxquelles, à travers une sélection de 250 objets issus des plus prestigieuses collections d'Europe, l'exposition Napoléon et l'Europe cherche à apporter quelques réponses. Vous les trouverez dans ce catalogue dirigé par Emilie Robbe et François Lagrange, enrichi par les contributions des meilleurs spécialistes européens.

Avec Armes et bagages...Dans un mouchoir de poche

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Avec armes et bagages... Dans un mouchoir de poche"

Catalogue de l'exposition "Avec armes et bagages... Dans un mouchoir de poche"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, 26 octobre 2012 - 13 janvier 2013, organisée par le musée de l'Armée ; commissariat, E. Dubreuil, H. Klemenz et MN Grison. Coédition musée de l'Armée et Nicolas Chaudun édition, Paris, 2012, 288 pages, 39,50 €.

C’est l’histoire du « carré » au sens large : le carré d’étoffe imprimé, objet qui, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux dernières années du XXe, se joue des frontières mouvantes entre le monde militaire et la société civile, passant sans cesse de l’un à l’autre au gré des modes et des événements. Ce chiffon, c’est l’essence même du « carré » que Hermès a érigé en étendard du chic français. Par là, il nous renseigne sur l’évolution des relations riches et complexes qui se développent entre deux univers antinomiques. Relations que les évolutions les plus récentes – fin de la conscription, réduction des effectifs de l’armée – ont effacées des consciences de nos contemporains mais dont la trace peut encore se retrouver dans le cadre de vie quotidien, dans la langue et dans des objets familiers, si l’on veut bien prendre le temps de l’y chercher.

Algérie 1830 -1962, avec Jacques Ferrandez :

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Algérie 1830-1962, avec Jacques Ferrandez"

Catalogue de l'exposition " Algérie 1830-1962, avec Jacques Ferrandez."

Exposition, Paris, musée de l'Armée, 16 mai - 29 juillet 2012, organisée par le musée de l'Armée, commissariat, LCL. Christophe Bertrand, Emmanuel Ranvoisy, Coédition musée de l'Armée et Casterman,Paris, 2012, 280 pages, 29 €.

En écho au 50e anniversaire des Accords d'Evian, l'exposition" Algérie, 1830-1962 avec Jacques Ferrandez ", organisée par le musée de l'Armée, a retracé sous l'angle de l'histoire militaire les cent trente années de présence française en Algérie, de la conquête à l'indépendance, qu'accompagnent les dessins de la bande dessinée Carnets d'Orient. C'est l'occasion pour le grand public de découvrir ou de redécouvrir les importantes collections du musée de l'Armée qui se rapportent à l'Algérie, exceptionnellement associées à d'autres objets, œuvres, documents d'archives et archives audiovisuelles provenant de grandes institutions patrimoniales.

L'auteur

Jacques Ferrandez a commencé chez Casterman en publiant Arrière-pays, des petites histoires typiquement provençales. Après le premier cycle en 5 volumes de la série "Carnets d'Orient", consacrée à la période coloniale d'avant-guerre en Algérie (1994/95), Jacques Ferrandez replonge dans l'univers provençal et s'attaque à un classique de la littérature française en adaptant deux romans de Pagnol Jean de Florette et Manon des Sources(1997). En 1998, il décide de retravailler avec Tonino Benacquista (pour lequel il avait réalisé des illustrations sur La maldonne des sleepings), et c'est ainsi que naît L'outremangeur. Il revient à sa série "Carnets d'Orient" en entamant un deuxième cycle, qui débute à la ville de l'insurrection en Algérie.

Napoléon III et l'Italie, naissance d'une nation : 1848-1870

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Napoléon III et l'Italie, naissance d'une nation (1848-1870)

Catalogue exposition " Napoléon III et l'Italie, naissance d'une nation (1848-1870)"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, 19 octobre 2011-15 janvier 2012, organisée par le musée de l'Armée, Alinari 24ORE, Florence et le Museo delRisorgimento de Milan, commissariat, Sylvie Le Ray-Burimi, Anthony Petiteau, Monica Maffioli, [et al.], Paris, Nicolas Chaudun, 2011, 323 p., ill., 28 cm, 49 €.

A l'occasion du 150e anniversaire de l'unité italienne en 2011, le musée de l'Armée s'est associé à la Fondation Alinari 24ORE, Florence et au Museo delRisorgimento de Milan, pour témoigner de cette étape majeure de la construction de l'Europe dans laquelle la France de Napoléon III a joué un rôle majeur.De 1848 à 1870, les relationsfranco-italiennes furent agitées de mouvements contradictoires et passionnés, au rythme des engagements politiques, des hésitations diplomatiques et des conflits armés ; marquées par des intérêts partagés mais aussi par des incompréhensions qui n'ont pas empêché la marche -finalement irrésistible - vers la liberté.Outre une époustouflante galerie de peintures, l'exposition présente pour la première fois la collection photographique du célèbre studio Alinari, véritable acte de baptême du photo-reportage.

Sous l'égide de Mars, armures des princes d'Europe :

Page de couverture du catalogue de l'exposition "Sous l’Égide de Mars : armures des princes d'Europe"

Catalogue exposition "Sous l’Égide de Mars : armures des princes d'Europe"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, 16 mars-26 juin 2011 : commissariat Olivier Renaudeau, Jean-Pierre Reverseau, Jean-Paul Sage-Frénay, Paris, Musée de l'Armée, Nicolas Chaudun, 2011, 381 p., ill., 30 cm, 55 €.
Presque rien n'avait été, à ce jour, consacré aux chefs-d'œuvre des armuriers français et à leur talent d'ornemanistes. A travers l'art de l'armure, cet ouvrage se propose de plonger les lecteurs dans la culture raffinée des cours européennes de la seconde moitié du XVIe siècle, au travers des pièces exceptionnelles de provenance princière, royale et impériale, commandées par Henri II, Henri III et Charles IX de France, Erik XIV de Suède ou Maximilien II d'Allemagne, à des orfèvres et armuriers parisiens et anversois.L'exubérance maniériste, mais aussi la virtuosité et le raffinement de l'exécution, hérités de l'École de Fontainebleau, en font d'insignes pièces d'orfèvrerie. Leur confrontation aux dessins préparatoires jusque-là inédits vient renouveler notre regard sur ce qui sort désormais du domaine de la guerre pour entrer de plein pied dans celui de l'art.

 

Au service des tsars. La garde impériale russe, de Pierre le Grand à la révolution d'Octobre

Page de couverture du catalogue de l'exposition " Au service des Tsars. La garde impérial russe de Pierre le Grand à la révolution d'Octobre"

Catalogue exposition " Au service des Tsars. La garde impérial russe de Pierre le Grand à la révolution d'Octobre"

Exposition, Paris, musée de l'Armée, 9 octobre 2010 au 23 janvier 2011, organisée par le musée de l'Armée, le musée de l'Ermitage de Saint-Petersbourg, coédition musée de l'Armée et Somogy, Paris, 2010, 224 pages, 29 €.

Dans le cadre de l'année France-Russie 2010, cette exposition a été consacrée à l'histoire de la Garde Impériale de 1700 à la Révolution d'Octobre 1917, histoire intimement liée à celle de la Russie dans le domaine non seulement militaire mais aussi politique, social, culturel, jusqu'à devenir le miroir le plus fidèle de sa richesse et de sa complexité. Retrouvez dans ce catalogue plus de 150 objets au caractère exceptionnel et somptueux, dont la majeure partie provient du musée de l'Ermitage de Saint-Petersbourg. Ceux issus des collections du musée de l'Armée et du musée des Cosaques de Courbevoie évoquent le devenir des membres de la Garde après 1917 et l'exil de grandes familles russes à Paris.