Combattants de Bir Hakeim

À l’occasion de l’anniversaire de la bataille de Bir Hakeim et en partenariat avec la Fondation de la France Libre, le musée de l’Armée fait redécouvrir la place majeure de ce fait d’armes de la 1ère brigade française libre du général Koenig sur les armées italienne et allemande de l’Afrika Korps. Une sélection d’œuvres originales exceptionnellement sorties des collections du musée de l’Armée et du musée de l’Ordre de la Libération rappelle l’héroïsme de ces combattants qui, au cœur du désert libyen, remirent les armes françaises à l’honneur deux ans après le désastre de 1940.

Horaires :

10h-18h (fermeture à 21h le mardi)
Du mardi 24 mai 2022
au lundi 19 septembre 2022

Lieu de l'évenement :

Historial Charles de Gaulle – Aile Orient

Conditions d'accès :

Billet du musée

 

 

À l’occasion des 80 ans de la célèbre bataille de Bir Hakeim, le musée de l’Armée propose, en partenariat avec la Fondation de la France Libre, de raviver le souvenir de ses valeureux combattants à travers un accrochage exceptionnel. Sont ainsi présentés des documents rares et des objets emblématiques des combats, issus des collections du Musée, mais aussi du musée de l’Ordre de la Libération. L’intégralité de la « liste historique » des combattants, réalisée par l’État-major de la 1ère division française libre en novembre 1943, est également exposée et permet de plonger au cœur de cet événement-charnière de la Seconde Guerre mondiale.

 

Rencontre avec les combattants de Bir Hakeim

Volontaires français et légionnaires natifs de toutes les régions de l’Empire colonial – de l’Afrique Équatoriale à la Polynésie – souvent très jeunes et parfois sans expérience du combat, ils sont 3723 combattants de la 1re Brigade Française Libre du général Koenig à défendre la position de Bir Hakeim en Libye. Du 27 mai au 10 juin 1942, ils résistent aux attaques d’une force germano-italienne dix fois supérieure en nombre avant de réussir, dans la nuit du 10 au 11 mai, à rompre l’encerclement et à rejoindre les lignes anglaises, témoignant ainsi d’une volonté farouche de résister et de vaincre et d’une foi inébranlable dans la justesse de leur cause.

Une bataille stratégique

Ce fait d’armes, accompli au prix de lourdes pertes – près de 200 morts, environ 600 prisonniers et 160 disparus – a d’importantes répercussions sur l’issue de la bataille puisqu’il retarde la progression de Rommel vers l’Égypte et permet aux Anglais de se rétablir. En tant que premier affrontement direct avec les troupes allemandes depuis le désastre de juin 1940, il a aussi eu un impact très fort sur l’image et le prestige de la France Libre auprès des Alliés et des Français occupés.

Commissariat

  • Vincent Giraudier, chef du département de l’historial Charles de Gaulle

Partenaires médias

  • Fondation de la France Libre
  • musée de l’Ordre de la Libération