Participez à la restauration du tombeau de l'Empereur et des monuments napoléoniens

Contribute to the restoration of the Emperor's tomb and napoleonic monuments

Je fais un don Non merci

Conférence Le tiers espace de la Grande Guerre : l’Europe occupée, 1914-1918 par Sophie De Schaepdrijver

Conférence organisée par le Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre en partenariat avec le musée de l’Armée

Horaires :

15h00
dimanche 10 novembre 2019

Lieu de l'évenement :

Auditorium Austerlitz du musée de l'Armée

Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver, Penn State University

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates... D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto... en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (États-Unis). Historienne de la Première Guerre mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents : Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015 ; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (Royaume-Uni), elle tient une série de conférences sous le titre “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du Centenaire, elle a dirigé, plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Réservation : histoire@musee-armee.fr (à partir de votre messagerie)

Information : c.fontaine@nullhistorial.org