Réunissons le couple Lasalle !

Aidez le musée de l’Armée à acquérir ce chef-d’œuvre et permettez au portrait de la comtesse de Lasalle de rejoindre celui de son époux, le général Lasalle, aux Invalides !

Je fais un don Non merci

Toute une histoire ! Les collections du musée de l'Armée

Partez à la découverte de l’histoire foisonnante du Musée et de ses collections. Les objets présentés reviendront sur 100 ans d’acquisition et témoigneront des spécificités du musée de l’Armée, dont les collections ne cessent de s’enrichir à travers des dons, cessions, achats, legs, dations, préemptions ou encore dépôts.

Horaires :

De 10h à 18h (jusqu'à 21h le mardi).
Du 14 mai au 18 septembre

Conditions d'accès :

Plein tarif : 14€ - Tarif réduit : 11€ - Gratuit pour les moins de 18 ans

Le musée de l’Armée revient sur les 100 ans de l’histoire, souvent méconnue, parfois inattendue, de l’enrichissement de ses collections.

Les débuts du Musée

C’est d’abord une histoire du lien unissant la Nation et son armée, qui s’incarne notamment dans l’histoire et la mémoire des conflits qui est à l'origine du musée de l’Armée, né en 1905 de la fusion du musée d’Artillerie, du musée historique de l’Armée et des collections patrimoniales de l’Hôtel des Invalides.

L’enrichissement constant des collections du Musée est mis en avant avec la diversité des modes d’acquisitions – les dons, cessions, achats, legs, dations, préemptions, restitutions ou encore dépôts.

Le Musée entre les deux Guerres mondiales

Pillé en 1815 et partiellement évacué en 1870, le musée de l’Armée reste ouvert pendant la Première Guerre mondiale et enrichit ses collections de nombreux
objets en lien avec le conflit. En 1921, les dispositions du traité de Versailles conduisent à un important afflux d’objets issus de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et
de 1914-1918.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Musée retrouve les œuvres confisquées par l’occupant allemand grâce à plusieurs missions de récupération menées en Allemagne, tandis qu’en 1949 le Musée est désigné pour conserver le séquestre Pétain.

 

En contrepoint, le parcours s’intéresse aussi à la perte d’objets ou d’œuvres. En effet, à l’instar des pillages survenus en 1815 et en 1940, le musée de l’Armée a connu des dommages dont les causes lui sont bien souvent extérieures : vols, sinistres ou encore accidents. Les restitutions constituent un cas particulier.

Le Musée d'aujourd'hui et de demain

L’exposition s’achève sur l’ambition du Musée d’être un lieu de cohésion ouvert aux questionnements de nos contemporains en leur offrant des clefs de compréhension sur l’état du monde et son évolution, dans un contexte sociétal où les conflits guerriers se sont immiscés dans le quotidien. La politique d’enrichissement constant des collections est le miroir de ces évolutions, dont celle de la sensibilité des conservateurs et du public n’est pas la moindre.