Réunissons le couple Lasalle !

Aidez le musée de l’Armée à acquérir ce chef-d’œuvre et permettez au portrait de la comtesse de Lasalle de rejoindre celui de son époux, le général Lasalle, aux Invalides !

Je fais un don Non merci

Louis XIV, chef de guerre

A travers des allégories du pouvoir royal et de la guerre, ce somptueux programme, incluant aux côtés de Purcell des pages musicales moins connues mais parmi les plus sublimes de l’époque, s’achève par le très méditatif "O Mediatrix" de Verrijt et le douloureux et bouleversant "Quid sunt plagae istae" de Buxtehude

Horaires :

20h
Mardi 15 février 2022

Lieu de l'évenement :

Cathédrale Saint-Louis

Conditions d'accès :

Plein tarif : 35€ cat.1 - 15€ cat.2 / Tarif réduit : 8€ / Offre duo : 60€ cat.1 - 20€ cat.2

Programme

  • Geist, Quis hostis in coelis
  • Cats, T’Samen- spraeck geestelijcken buyden
  • Verrijt, Fili, ego Salomon
  • Petersen, Speelstucken, Sonate no 4
  • Düben, Surrexit pastor bonus
  • Purcell, Sound the trumpet – Sinfonia from the Judgement of Pâris – When monarchs unite, fear no danger to ensue, Extr. de Didon et Enée
  • Albrici, Fader Wär som est i himmelom
  • Cats, Gesang voor een krijgsman op schiltwagt staende
  • Verrijt, O Mediatrix Domina
  • Buxtehude, Quid sunt plagae istae, Extr. des Membra Jesu Nostri

Distribution

  • Orkester Nord
  • Ensemble vocal Vox Nidrosiensis
  • Martin Wåhlberg, direction
  • Solistes : Deux voix sopranos
  • Frøyis Kopperud, alto
  • Jan van Elsacker, ténor
  • Håvard Stensvold, basse
     

La Triple Alliance des Provinces-Unies, de l’Angleterre et de la Suède se constitue pour faire face aux ambitions de la France de Louis XIV.

Ce programme retrace les enjeux diplomatiques de la guerre de Hollande, la narration musicale allant de l’affirmation de la puissance de la Triple Alliance jusqu’à son déclin, à travers des allégories du pouvoir royal et de la guerre, faisant référence à l’Écriture sainte ou à la mythologie gréco-romaine. Suivant l’évolution décroissante de l’alliance, ce somptueux programme, incluant aux côtés de Purcell des pages musicales moins connues mais parmi les plus sublimes de l’époque, s’achève par le très méditatif O Mediatrix de Verrijt et le douloureux et bouleversant Quid sunt plagae istae de Buxtehude.