Participez à la restauration du tombeau de l'Empereur et des monuments napoléoniens

Contribute to the restoration of the Emperor's tomb and napoleonic monuments

Je fais un don Non merci

Le violon de Daniel Hope

1940. Apocalypse et Esprit de joie

Horaires :

20h
jeudi 28 mai 2020

Lieu de l'évenement :

cathédrale Saint-Louis

Conditions d'accès :

Tarif plein : cat.1 35€ - cat.2 15€ / Tarif abonné : cat.1 28€ - cat.2 12€ / Tarif réduit : 8€

Chœur de l’Armée française
Aurore Tillac, direction

Orchestre symphonique de la Garde républicaine
Sébastien Billard, direction
Soliste : Daniel Hope, violon

Poulenc, Quatre Petites Prières de Saint François d’Assise
Marly, Chant des partisans  (Joseph Kessel / Maurice Druon)
Poulenc, Priez pour Paix (Charles d’Orléans)
Milhaud, Psaume 121
Alain, Prière pour nous autres charnels (Charles Péguy)
Thiriet, Trois Motets
Barber, Adagio pour cordes, opus 11
Bartok, Images hongroises
Britten, Concerto n°2, opus 15, pour violon et orchestre

Le prestigieux Chœur de l’Armée Française ouvre ce programme dans un registre sacré, aux accents du Psaume d’Honegger, des Prières de Poulenc et Alain (mort héroïquement pour la France, le 20 juin 1940, près de Saumur) et Motets de Thiriet. L’emblématique Chant des Partisans vient y faire écho. Si Anna Marly  en compose en 1941 la mélodie avec des paroles russes, Joseph Kessel et Maurice Druon, qui viennent tous deux de rejoindre les Forces Françaises Libres à Londres, y inscrivent, en 1943, des vers en français ; ce qui vaut à ce chant de devenir, durant l’occupation, l’hymne de la Résistance française puis le Chant de la libération. Au célèbre et si expressif Adagio de Barber, créé en 1938 par Toscanini aux Etats-Unis, succèdent les Images hongroises de Bartok, qui choisit de s’y exiler en 1940. Enfin, le flamboyant violoniste anglais Daniel Hope est le fougueux et brillantissime soliste de la Garde républicaine dans le concerto de Britten, créé au Carnegie Hall de New York, le 27 mars 1940.