Participez à la restauration du tombeau de l'Empereur et des monuments napoléoniens

Contribuer à la restauration de la tombe de l'Empereur et des monuments napoléoniens.

Je fais un don Non merci

Des rois, des chevaliers et des canons

Le musée de l’Armée et l’Université permanente de la Ville de Paris ont proposé, en écho à l'exposition Chevaliers et bombardes. D'Azincourt  à Marignan, 1415-1515, une série de conférences sur les transformations de la guerre à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. À travers les représentations culturelles, les figures royales et les (r)évolutions techniques, il s’agit de mieux comprendre l’association complexe d’éléments anciens, hérités du passé médiéval, et d’un mouvement important de modernisation.

Les temps forts du cycle

Cycle de conférences : Des rois, des chevaliers et des canons.

23 octobre 2015 : Louis XI, un roi soldat

par Amable Sablon du Corail, conservateur en chef du patrimoine, responsable du département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime à la direction des fonds Archives nationales

30 octobre 2015 : François Ier, la guerre et la gloire

par Cédric Michon, professeur d’histoire moderne l’Université de Rennes

L'image de François Ier, dans les sources qui lui sont contemporaines jusqu'aux historiens romantiques, est celle d'un roi-chevalier, de belle prestance, fortement associé à la guerre, qu'il soit victorieux à Marignan, en 1515, ou défait à Pavie, en 1525. Par la suite, s'il s'implique moins directement dans les combats, il n'en a pas moins mené une politique dans laquelle la guerre continue à tenir durablement une place fondamentale - notamment contre son grand rival européen, l'empereur Charles Quint. Cette conférence nous éclaire sur l'action et la gloire militaires contrastées de François Ier.

6 novembre 2015 : L’idéal chevaleresque au XVIe siècle, enjeux sociaux et culturels

par Benjamin Deruelle, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Lille 3

Louis XI est l'un des plus fameux rois de France de la fin du Moyen Âge. La légende noire, largement diffusée par le biais tant de la biographie romancée que du roman historique, a durablement masqué la véritable nature du souverain, ses conceptions et ses modes d'action. Alors que l'on imagine souvent Louis XI comme le prototype du diplomate cauteleux, cette conférence entend montrer qu'il est possible de retrouver en lui un roi soldat, formé à la rude école de la Guerre de Cent Ans.

 

Table ronde du 22 janvier 2016 : À bride abattue. Nouveaux regards sur d'anciennes cavaleries, XVe s.- XVIIIe s.

De la fin du Moyen Âge aux Temps modernes, la cavalerie n’a cessé de se transformer : arme prestigieuse, fortement valorisée par l’imaginaire médiéval, elle a vu sa suprématie symbolique contestée sur le plan technique et tactique. Cette table ronde se propose de suivre, selon les époques, les défis qu’a dû relever la cavalerie, de la fin du Moyen Âge (XVe siècle) à la fin de l’Ancien Régime (XVIIIe siècle).

Azincourt : prestige des chevaliers, défaite de la cavalerie

par Valérie Toureille, maître de conférences (HDR) à l’Université de Cergy-Pontoise, auteur de Le drame d’Azincourt. Histoire d’une étrange défaite, Tallandier, 2015

Du Moyen-Age à la Renaissance : le cavalier, le feu et le métal

par Olivier Renaudeau, conservateur en chef du patrimoine, chef du Département ancien du musée de l’Armée, co-commissaire de l’exposition Chevaliers et bombardes

Le XVIIe siècle : l’évolution des emplois tactiques et opérationnels de la cavalerie

par Bertrand Fonck, conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense, docteur en histoire, co-directeur de L’Âge d’or de la cavalerie, Gallimard/ministère de la Défense, en partenariat avec le musée de l’Armée, 2015

La cavalerie du XVIIIe siècle : le renouveau

par Frédéric Chauviré, docteur en histoire, chercheur associé CERHIO UMR CNRS 6258, co-directeur de L’Âge d’or de la cavalerie, Gallimard/ministère de la Défense, en partenariat avec le musée de l’Armée, 2015

 

Journée d’étude du 16 octobre 2015 : Transformer le corps masculin : armes, armures et objets personnels gravés dans l’Europe moderne

1ère partie : Les Armures gravés : objets d’histoire

Le Kostümharnisch - une mise en scène du corps par Juliette Allix, Paris 1 Panthéon – Sorbonne, École du Louvre

Common Threads : The Interrelationship between Armour and Dress in Elizabethan England par Sophie Littlewood, University of York

2ème partie : l’armure et les armes en texte(s)

Armour in Shakespeare : from the battlefield to the stage (and back) par Line Cottegnies, Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Ornamented Martial Masculinity : The Role of Decoration in (De)Constructing Masculinity in Italian Armor and Epic Romance par Amanda Taylor, university of Minnesota

Buckingham’s « strange and dangerous Poynado » : political epistemology and the dangerous translitaration of weapons par Nathalie Rivère de Carles, Université Toulouse Jean Jaurès

3ème partie : L’Armure et le souverain 

Correcting the sovereign. The political anatomy of the arloured body in the XVI century par Felix Jäger, Humboldt University

Du chevalier chrétien au héros antique : les armures princières allemandes au XVIe siècle par Naïma Ghermani, Université Pierre-Mendès-France, Grenoble

4ème partie : Objets gravés et représentation

Boutons, boucles, châtelaines, épées et cannes, le trousseau ciselé du parfait gentilhomme : la mode masculine à Venise aux XVIIème et XVIIIème siècles au travers de la gravure par Soline Anthore, Université Pierre-Mendes-France, Grenoble et Université Ca’Foscari, Venise

Vat is de clock, Jack ? : l’horlogerie en scène dans les pièces de Shakespeare par Sophie Chiari, Université Blaise–Pascal, Clermont-Ferrand

Bijoux masculins en Grande-Bretagne à l’époque moderne : corps, geste et genre par Ariane Fennetaux, Université Paris Diderot, Paris 7