Participez à la restauration du tombeau de l'Empereur et des monuments napoléoniens

Contribuer à la restauration de la tombe de l'Empereur et des monuments napoléoniens.

Je fais un don Non merci

Gino Gregori

Artiste d’origine italienne, Gino Gregori est déporté à Mauthausen pendant la Seconde Guerre mondiale. Il exécute une série de dessins dans le camp ainsi que plusieurs peintures en lien avec sa déportation, immédiatement après sa libération.

Gino Gregori est un artiste autodidacte. Diplomate en poste à Zagreb à partir de 1937, il est arrêté à l’automne 1943 par la Gestapo. Les motifs de son arrestation sont toutefois mal connus : il aurait, sous couvert de son poste, fabriqué des faux papiers notamment pour des juifs et peut-être noué des liens avec la résistance yougoslave. Il aurait été détenu de 1943 à 1944 avant d’être déporté à Mauthausen.


Des dessins et des peintures dans le camp de Mauthausen

Son entrée au camp est enregistré par le département politique en tant qu’artiste-peintre le 6 novembre 1944 (n° de prisonnier 109 654, Y/36) et il reçoit le matricule 57627. Il est défini dans ce registre comme prisonnier politique italien placé en détention à titre de protection (Schutzhaft, définie par les décrets des 28 février 1933 et 25 janvier 1938). Ce type de détention, sans limite temporelle et échappant à tout contrôle judiciaire, était réservé aux individus censés présenter une menace pour la sécurité de la population ou de l’État. Il est libéré le 5 mai 1945.

L’artiste exécute une série de dessins dans le camp, datés de 1945. Portraits de ses compagnons exécutés sur des petits morceaux de papier, Gregori les aurait enterrés pour en cacher l’existence avant de les ramener en Italie .


Des dons au musée de l'Armée

Ces dessins ont été réunis dans un carnet que l’artiste a souhaité donner au musée de l’Armée en 1969. L’artiste a également exécuté plusieurs peintures, huiles sur toile ou sur carton, immédiatement après sa sortie du camp. L’influence de l’art sacré, dont Gregori est l’un des acteurs du renouveau dans l’entre-deux-guerres, y est perceptible, de même que certaines références à la peinture du XVIIe siècle, et à La Femme à la puce de Georges de La Tour  notamment dans la peinture intitulée La recherche des poux.

En 2011, les enfants de Gino Gregori ont complété le don de 1969 en offrant au musée deux dessins représentant des détenus ainsi que quatre petites peintures, réélaboration ultérieure des mêmes thèmes dans les mois qui suivirent sa libération.

Ces œuvres exécutées à Mauthausen ont été peu montrées. Une exposition leur est consacrée à Milan dès 1946. Les dessins sont partiellement publiés par l’éditeur Stucchi, lui-même ancien déporté, dans un ouvrage intitulé Ecce homo… Mauthausen.

Gino Gregori rejoint ensuite en 1946 l’ambassade d’Italie en France où il reste en poste jusqu’à sa retraite tout en développant une activité artistique.

Il possède un atelier dans le quartier de Montparnasse et développe une œuvre vigoureuse, marquée par l’expressionnisme abstrait puis par le Nouveau Réalisme.

 

 

Texte rédigé par Sylvie Le Ray-Burimi et Laëtitia Desserrières

Fermer la popup de notification

Réouverture du musée de l'Armée le mardi 15 décembre à partir de 10h.