Armure japonaise de type "Uchidashi Do Tosei Gusoku"

Cette armure japonaise, datant de la période Edo, constitue l'une des pièces orientales majeures du musée de l'Armée.

À propos de l'objet

Armure de type Uchidashi Do Tosei Gusoku (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

Armure de type « Uchidashi do tosei gusoku » dont le plastron a été réalisé en 1662 par Kunimichi, 21e maître de la célèbre dynastie armurière des Myôchin.

Arborant les armes du clan Aki, le casque que complète un demi-masque protégeant le bas du visage porte la signature d’Imetada, actif vers 1600 et figure emblématique de l’école Saotome.

 

Armure de type Uchidashi Do Tosei Gusoku (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

Les parties en métal lacées bleues du couvre-nuque et des jupes sont en lames horizontales lacées espacées. Les épaulières sont en fausse kozane. Le masque est un menpô laqué en deux parties de type Nara qui porte une moustache de laque rouge.

 

Armure de type Uchidashi Do Tosei Gusoku - détail de la cuirasse et du plastron (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

La cuirasse est composée de deux grandes plaques de fer (ni mai dô) dont la construction imite de grosses écailles.

Le plastron présente un décor figurant trois entités guerrières entourées de nuages stylisés : une divinité bouddhique de la secte Shingon, le Fudô-Myô, accompagné de ses deux disciples Kongora doji à gauche et Seitaka doji à droite.

 

Détail des cuissardes (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

Les cuissardes sont en itazane de fer laqué lacées bleues.

 

Détail du casque et des ailettes (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

En ornement frontal (maedate) surmontant la visière du casque se détache un dragon ailé à queue de poisson entièrement doré.

Les ailettes sont décorées de motifs floraux dorés, en plus du kamon.

 

Détail d'une défense de bras (C) Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bour / Pierre-Luc Baron-Moreau

Les défenses de bras, en cotte de maille et en plaques, portent le kamon dans un cercle de la famille Shimazu en Statsuma, contrairement au reste de l’armure qui porte à divers endroits (ailettes, muna ita, visière) le kamon en forme de rose trémière dans un cercle associé au clan Tokugawa.

Ainsi, les épaulières, le masque et les défenses de bras ne sont pas assortis au reste du set.

 

Informations pratiques

 

Cartel


Datation : 17è siècle (défense de tête vers 1600, plastron vers 1662)

Auteur :  Défense de tête signée Saotome Imetada. Plastron signé Myochin Nagato No Kami Kini Michi.

N. Inventaire : G750-1

Matériaux :  Métal

Lieu de création : Japon - période Edo